Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Discussions générales sur les mangas, dessins-animés, toku, films, ...
Répondre
Avatar du membre
Xanatos
Corsaire de l'Espace
Messages : 2275
Enregistré le : 12 juil. 2004 18:35

Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Xanatos » 10 janv. 2020 15:24

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image



La décennie des années 2010 s'est donc conclue il y a peu...

Et si celle ci a donné lieu à des séries animées Japonaises de qualité (Tiger and Bunny, Lupin III une femme nommée Miné Fujiko, Space Dandy, L'Attaque des Titans, Lupin III l'aventure Italienne) elle a été selon moi surtout jalonnée de très nombreuses et remarquables séries d'animation Américaines télévisées ô combien marquantes. Je trouve intéressant de faire une rétrospective des titres phares de cette période car il y a beaucoup à dire sur le sujet selon moi et je pense que cela peut donner lieu à des débats intéressants. :)

Si d'après moi, la fin des années 80 et le début des années 90 fut symbolisée par la renaissance de celle ci (La Bande à Picsou, Les Simpson, Batman la série animée) la décennie des années 2010 a été je pense la plus novatrice pour l'animation Américaine télévisée.

Tout d'abord, ce que j'ai constaté c'est qu'il y a eu de nombreux reboots de classiques de l'animation Américaine. Cependant, loin d'être de pâles resucées de leurs illustres aînées, beaucoup d'entre eux ont eu des qualités qui leurs sont propres leur permettant de se démarquer de leurs modèles, voire de leur être supérieures.

Je pense en particulier à Scooby Doo Mystères Associées qui, plus de 40 ans après la création de la première série s'est avérée être la meilleure à ce jour de la saga. Si on y retrouve certains codes de la franchise (la couardise et la bouffonnerie de Sammy et Scooby Doo, les enquêtes de Fred, Daphné et Véra, le méchant démasqué à la fin), le staff a su lui insuffler un vent d'innovation. Fred, Daphné et Véra ne sont plus unidimensionnels et ont chacun des traits de caractère qui leurs sont propres, il y a vrai fil rouge distillant des révélations petit à petit, Scooby Doo est beaucoup plus intelligent et sait prendre des initiatives, il y a de l'émotion et même de la tragédie ! Cette série aura vraiment su innover et avec brio par rapport aux séries précédentes.

On peut penser aussi aux Tortues Ninja version 2012 qui a réussi avec maestria à combiner l'humour potache et fun de la série animée de 1987 avec la noirceur, voire la violence des comics de Kevin Eastman et Peter Laird. De plus les chevaliers d'écaille ne ressortent pas toujours victorieux de leurs affrontements, garantissant un vrai suspense aux intrigues. A titre personnel, je la considère comme la meilleure des trois premières séries des TMNT (il me reste encore à découvrir la quatrième).

Je n'oublie pas pour autant Cosmocats/Thundercats qui, non content de bénéficier d'une réalisation technique de haute volée, est également nettement plus nuancée que son "ancêtre": la série est moins manichéenne, certains de nos ennemis ont des raisons légitimes et valables d'affronter Lion-O (les hommes lézards traités comme des esclaves par le peuple de notre héros), et certains des personnages principaux sont plus ambigus (Tigro qui a des relations conflictuelles avec Lion-O).

Et bien entendu, impossible de ne pas mentionner My Little Pony Friendship is Magic, quatrième génération de la franchise Mon Petit Poney, qui grâce à ses nombreuses qualités (humour décapant et hilarant, univers d'une richesse foisonnante, héroïnes pleines d'humanité imparfaites et attachantes, émotion subtile, souffle épique) et ses multiples niveaux de lecture a pu conquérir des spectateurs de tous les âges, bien au delà de son coeur de cible originel, les petites filles et leurs parents. D'une série commerciale destinée à promouvoir la gamme de jouets de Hasbro, MLPFIM est devenue une icône de la pop culture ainsi qu'une série culte.

Transformers a eu droit à un reboot d'une qualité équivalente avec Transformers Prime caractérisée par son ambiance très sombre, sa tension, son aspect dramatique très poussé ainsi que son ton mature qui en font un titre phare de la saga.

Le dernier reboot remarquable qui me revient en tête est celui de La Bande à Picsou. Si la réalisation technique n'est pas aussi léchée que celle des années 80, les protagonistes ont des personnalités bien plus complexes, l'humour décalé fonctionne du tonnerre, l'esprit d'aventure n'a pas été occulté et on a de belles références aux comics originaux de Carl Barks et Don Rosa.

Cependant, cette décennie n'a pas été constituée exclusivement de reboots et remakes, on a eu aussi des créations originales époustouflantes.

La première qui me vient en tête est la phénoménale série animée Souvenirs de Gravity Falls, sortie de l'esprit génial de Alex Hirsch.
Pour moi, c'est vraiment une série animée irréprochable à tous niveaux. Les protagonistes sont haut en couleurs et attachants (Mabel, Dipper, l'Oncle Stan, Wendy), l'humour déjanté et décalé est à mourir de rire et l'histoire est absolument passionnante. Et puis les décors sont sublimes et l'animation est impeccable. On soulignera aussi l'aspect interactif de la série, chaque épisode ayant un code dans son générique de fin que le spectateur peut décrypter afin d'avoir des indices sur ce qui va suivre dans le récit.
De plus, bien que fortement humoristique, la série ne se contente pas de cela et peut être tour à tour angoissante, tendue, voire mélancolique et très émouvante. C'est un savoureux mélange de Twin Peaks et Les Simpson. Pour moi c'est clairement la meilleure série animée Disney de cette décennie. :)

On ne peut pas passer sous silence non plus Adventure Time de Pendleton Ward qui a été un gigantesque succès pour Cartoon Network. Ce titre a su reprendre les codes de l'héroïc Fantasy en les détournant à sa sauce et son univers est d'une richesse incommensurable. Et puis, même si elle a un humour extrêmement déjanté et frappadingue, certains personnages ont des failles et blessures psychologiques (Marceline la vampire), et l'intrigue ne ménage pas ses héros (Finn connaîtra une grave blessure au milieu de la série).

J'ai aussi un gros coup de coeur pour Wander Over Yonder inventée par Craig McCracken (le papa des Powerpuff Girls/Super Nana) qui est un véritable cartoon à part entière embrassant l'héritage des Looney Tunes de la Warner Bros voire des court métrages de Tex Avery. La bonne humeur contagieuse de Wander le rend très attachant et les pétages de plomb du général sans coeur son ennemi sont à hurler de rire, donnant lieu à des gags complètement fous.

Il me vient également en tête la merveilleuse série Steven Universe atypique, et pourtant tellement envoûtante. Bien qu'elle ait beaucoup d'humour, elle détonne des productions dites "jeunesse" par la mélancolie qui émane de son histoire ainsi que le ton doux amer de nombreux épisodes...
Mais cette tristesse est compensée par l'optimisme inébranlable de Steven croquant la vie à pleine dents et ses relations avec son père Greg et ses "tantes" Grenat, Améthyste et Perle sont très touchantes... Cette oeuvre est une magistrale réussite de Rebecca Sugar.

Dans le domaine des séries d'action, on a eu plusieurs séries animées de super héros soignées, mais la meilleure d'entre toutes est d'après moi Young Justice de Greg Weisman. Le graphisme est magnifique, l'animation est sensationnelle et la mise en scène est impeccable. De plus, les histoires accordent autant d'importance aux exploits des jeunes super héros que leurs vies quotidiennes, nous permettant de nous identifier plus facilement à eux. Les antagonistes sont par ailleurs redoutables et ont toujours plusieurs coups d'avance, les rendant par conséquent difficiles à vaincre. Certains épisodes sont très drôles, tandis que d'autres sont résolument dramatiques, voire tragiques.

Il y a aussi La Légende de Korra, fabuleuse suite de Avatar le dernier Maître de l'Air qui a su respecter l'esprit de la série animée originale tout en ayant sa propre identité. Le design est somptueux, l'animation sur la plupart des épisodes est PARFAITE et les musiques sont divinement belles. De plus, si les scènes d'action sont exceptionnelles et percutantes et que l'humour est très drôle, le titre suscite des réflexions intéressantes sur les dangers de l'anarchie ou encore l'oppression d'un régime dictatorial. Une série culte assurément.

Enfin dans le domaine des séries d'animation réservées aux adultes, la plus connue et la plus célébrée à ce jour est sans aucun doute possible Rick et Morty de Dan Harmon et Justin Roiland, véritable pépite.
Pour moi c'est clairement LA série la plus inventive de cette période, chaque épisode fourmille de trouvailles narratives et visuelles démentielles
et ont mille fois plus d'idées que certains très bons films de science fiction. Rick Sanchez est un anti héros hilarant, cinglé à l'humour noir caustique délectable mais qui est bien plus complexe qu'il n'y paraît et n'est pas aussi égoïste qu'il veut bien le faire croire, notamment vis à vis de son petit fils Morty. Un joyau noir de l'animation Américaine dont le succès critique et public est amplement mérité.

Je conclurai par Bojack Horseman, nous narrant la décadence d'une ancienne star de la télévision et du show bizz ayant sombré dans l'alcool et la drogue qui tente tant bien que mal de remonter la pente et relancer sa carrière. Si la série est souvent très marrante, elle nous plonge aussi littéralement au coeur de l'âme humaine et je n'ai jamais vu à ce jour une oeuvre (live comme animée) traiter avec autant de justesse et de pertinence la dépression et les dégâts psychologiques qu'elle entraîne. Une oeuvre à la force évocatrice puissante, faisant rire et réfléchir et qui est très poignante.



J'estime que cette décennie des années 2010 a été un âge d'or de l'animation Américaine télévisée où de nombreuses/nombreux réalisatrices/réalisateurs et scénaristes ont su percer.

On sent que des grands noms de l'animation des années 80 et 90 tels que Matt Groening ont fortement influencé Alex Hirsch, Justin Roiland et Dan Harmon et que ceux ci, tout en reconnaissant l'influence manifeste de leurs "maîtres" ont su apporter leurs touches personnelles à leurs créations.

De même, d'autres réalisateurs et producteurs de renom tels que Greg Weisman, Craig McCracken et Bruce Timm ont fait un comme back réussi (Young Justice, Wander, Green Lantern).

Et il me reste encore à découvrir d'autres titres incontournables tels que Le Monde Incroyable de Gumball.

Et vous ? Quelles sont les séries animées Américaines vous ayant le plus marqué et captivé au cours de cette période ? Pensez vous aussi que cette décennie a été novatrice pour l'animation Américaine télévisée ?

routin87
Détective Cambrioleur
Messages : 496
Enregistré le : 06 févr. 2018 21:02

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par routin87 » 10 janv. 2020 16:56

j'ai vu certaines de ces série et j'en apprécie, mais j'ai été bousculé par le processus de découverte, avant il n'y avait que quelques séries qu'il ne fallait pas rater, c'était plus simple de créez un rendez-vous avec une série, maintenant, il y en a beaucoup trop. j'avais pas le temps de créez un lien avec une série que la suite est déjà diffusé à la télé, heureusement que les service de vidéo à la demande existe !

Avatar du membre
Xanatos
Corsaire de l'Espace
Messages : 2275
Enregistré le : 12 juil. 2004 18:35

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Xanatos » 11 janv. 2020 15:27

Oui il est certain que l'offre est à présent pléthorique pour les séries d'animation Américaines et que l'on a un choix incommensurable.

Nos habitudes de visionnage ont en effet changé par rapport aux années 90 où certaines séries animées Américaines étaient diffusées à un rythme hebdomadaire créant comme tu dis un rendez vous régulier.

C'était le cas de Canal + qui diffusait des séries animées cultes comme Tiny Toons, Batman, Animaniacs, Superman dans l'émission Décode pas Bunny chaque semaine en clair ainsi que Les Simpson en prime time.

Après, c'est un mal pour un bien, car grâce effectivement aux sites VOD légaux on peut regarder une série (animée comme live) à notre rythme, sans crainte de louper un épisode.

A ce sujet, j'ai par ailleurs énormément aimé sur Netflix là encore deux séries animées Américaines de très grande qualité: Love, Death + robots (héritière spirituelle du journal de BD de science fiction pour adultes Métal Hurlant) ainsi que la magnifique série animée Les oeufs verts au Jambon, sans doute une des meilleures adaptations d'une oeuvre du dr Seuss.

Pour rebondir sur le sujet, je trouve que beaucoup de chaînes télévisées Américaines lâchent la bride à beaucoup de créateurs leur permettant de laisser libre cours à leur imagination. Rien à voir avec tant de productions animées Américaines aseptisées et gentillettes des années 80.

J'ai même été très surpris par plusieurs passages horrifiques et anxiogènes de Gravity Falls (je pense en particulier à ce qui arrive au père de Pacifica dans le 38e épisode qui est franchement glaçant! ) et que Disney ait laissé carte blanche à Alex Hirsch !

Après, il est vrai que dans les années 90, il y avait déjà eu Gargoyles qui était très audacieuse en son temps où l'on voyait un épisode dans lequel Broadway tirait accidentellement sur Eliza, le sang n'était aucunement caché et montrait bien sans détours la dangerosité des armes à feu.

Johnny B.
Chasseur de Fantômes
Messages : 220
Enregistré le : 26 avr. 2015 18:31

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Johnny B. » 12 janv. 2020 10:58

Ou encore un épisode de Captain Planète, qui évoquait la drogue, avec le cousin de Linka qui se blessait en brisant une vitre et mourait d'une overdose de pilules.
Modifié en dernier par Johnny B. le 12 janv. 2020 18:43, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Xanatos
Corsaire de l'Espace
Messages : 2275
Enregistré le : 12 juil. 2004 18:35

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Xanatos » 12 janv. 2020 11:08

Exact. Mais pour ma part, j'avais davantage été marqué par cet épisode de Batman où Arnold Stromwell caïd de la pègre découvrait que son fils a été victime d'une overdose et qu'il risquait de ne pas s'en sortir. Quand sa femme lui a appris que ce sont ses hommes qui lui ont revendu la drogue que son cartel fabriquait, Stromwell fut horrifié et réalisa que c'était par sa faute que son fils risquait de mourir.

Et c'est son frère, qui, plus tard dans le récit, le poussa vers la voie de la rédemption et l'incita à collaborer avec la police pour démanteler son réseau de trafic de drogue.

Cet épisode est beau et très émouvant et son sujet est, hélas, toujours tristement d'actualité (comme celui de Captain Planète).

Au sujet des années 2010, on a assisté aussi à l'avènement de séries animées Américaines écrites, produites et réalisées par des femmes: My Little Pony Friendship is Magic par Lauren Faust, Steven Universe par Rebecca Sugar ainsi que Star Butterfly par Daron Nefcy.

Trois séries animées de grande qualité qui ont su séduire un public mixte très éclectique et parmi les plus populaires des années 2010.

D'ailleurs, j'ai lu dans Animeland que Steven Universe serait bien plus populaire auprès des jeunes adultes de 20 ans et plus que des enfants...

Image

Image

Yakou
Fou du volant
Messages : 99
Enregistré le : 28 oct. 2018 10:41

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Yakou » 13 janv. 2020 13:24

Sujet bien intéressant, Xanatos !
En fait j'ai suivi assez peu de ces séries, malgré l'indéniable regain de créativité dont tu parles.
Personnellement j'ai du mal à apprécier les séries trop déjantées, qui flanquent à la poubelle tout déroulement cohérent, ainsi je n'ai pas accroché à Adventure Time, ni au Monde Incroyable de Gumball, entre autres.
Mes préférences vont à My Little Pony is Magic, ou à Souvenirs de Gravity Falls, que Disney Channel est justement en train de rediffuser.
Dans un registre plus mûr, j'ai adoré La légende de Korra, et aussi Futurama que je place bien au-dessus des Simpsons quoique du même Matt Groening. Dans le genre particulier "super-héros" j'ai surtout apprécié Prenez garde à Batman, et un ou deux épisodes de Young Justice, mais en gros ce n'est pas ma tasse de thé.
C'est surtout dans les longs métrages que je trouve de très belles réussites américaines dans la décennie 2010, à vrai dire :
La Princesse et la Grenouille (2010)
Tintin (2011)
Rebelle (2012)
Vice-Versa(2015)
Zootopie(2016)
Vaiana(2017)
My Little Pony, le film (2018)

Quel score !

jojolapin
Chasseur de Fantômes
Messages : 214
Enregistré le : 24 mars 2010 23:47

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par jojolapin » 13 janv. 2020 14:10

Perso, je n'ai pas d'extase pour cette décennie. Il y a du bon, du passable et du pourri comme dans toutes les décennies. Je vais même aller à contre courant.
Je retiens surtout que c'est la décennie des DA qui sont en fait pour faire plaisir aux adultes SJW et de l'orientation kikoolol. J'ai l'impression qu'on tombe soit sur du prout prout pet pet sur 11 minutes ou du "hey regarde, on est trop bien on te met de l'inclusif dans ta face !!!!". Où sont passées les séries d'action non décérébrée ? (parce que les Marvel Disney, vache, c'est le pire des saisons de Transformers, MASK et compagnie des années 80)
Trop peu de séries arrivent encore à manier l'équilibre action-message-humour qu'avaient Avatar, Korra, Spectacular Spiderman ou plus loin encore du Gargoyles ou Batman et Batman la relève. A part MLP, je ne vois pas (et encore, dur de la classer comme une série d'action). She-ra de Netflix avait tout pour mais non, tolérance et morale in your face à longueur d'épisode, action trop simpliste et humour ras des paquerettes. Pour le coup, le prince des dragons est meilleur même si l'animation est parfois limite et que c'est vraiment, mais vraiment trop pompé sur le Avatarverse.

Alors on va me dire que Steven Universe, Adventure Time et compagnie le font. Mais non, je ne peux pas, j'ai en horreur leurs styles graphiques. Et en plus, à chaque fois qu'on m'en parle c'est pour me balancer les messages de tolérance, d'ouverture et compagnie. RAS LE POPOTIN. Oui l'homosexualité et autres multi-pan-omni-je ne sais quoi sexualité, c'est très bien, oui l'écologie, la tolérance, le respect de chacun, le traitement de la dépression et tout ça, c'est très bien mais bordel, la subtilité quoi. Je préfère encore me taper 3h de destruction de neurones devant Zig et Sharko que de me coltiner une série moralisante à chaque minute de chaque épisode.
Pour le peu que j'ai pu voir de ces séries que la majorité encense, j'avais l'impression que les PSA des années 80 étaient plus subtils, genre Alex de Mask qui t'explique à la fin de l'épisode qu'il faut regarder des deux cotés de la route avant de traverser ou que suivre un inconnu, c'est mal. Au moins, ce n'était pas du subtil mais la débilité des mises en scène grossières en faisaient des instants nanardesques super funs à l'instar de l'épisode drogue de Captain Planet ou encore un Transformers qui déboule à 200 à l'heure sans phare en pleine nuit pour t'expliquer la sécurité routière.

PS : évitez de répondre "Ok boomer", j'y suis à la limite mais pas dedans :P

routin87
Détective Cambrioleur
Messages : 496
Enregistré le : 06 févr. 2018 21:02

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par routin87 » 13 janv. 2020 21:39

Après rien t'empêche d'apprécié d'ancien dessin animé, Nanarland avait déterrer des série sur Rambo et Chuck Norris, produit d'une autre époque mais bien débile.
Mais perso, je suis assez content que certaine choses se sont décoincé, comme la place des femmes dans le milieu d'animation, mais il reste encore certains prédateur sexuel dans le milieu (comme le cas de Chris Savino, créateur de Bienvenue chez Les Loud, Skyler Page, le créateur de Clarence ou plus récemment Éric « Bibo » Bergeron, le réalisateur de La Route d'Eldorado et Un monstre à Paris)
Xanatos a écrit :
10 janv. 2020 15:24
Et il me reste encore à découvrir d'autres titres incontournables tels que Le Monde Incroyable de Gumball.
Bizarre que tu met Gumball dans les production américaine, certe, c'est produit par Cartoon Network, une chaîne américaine, mais le travail d'animation et d'écriture est entièrement européen, la 2D est animé Irlande, la 3D est animé en Allemagne et le réal est français, le logo "Cartoon Network Studios Europe" est clairement exposé en fin d'épisode.

Avatar du membre
klaark
Chasseur de Fantômes
Messages : 283
Enregistré le : 08 nov. 2008 11:43

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par klaark » 14 janv. 2020 18:23

@jojolapin :
Je souscris en partie à ton commentaire car il me fait penser au pavé dans la mare que Jean-Baptiste Thoret avait balancé en 2007 dans Libération au sujet de ce qu'il appelait les FAA ("films d'auteur académiques"). Il expliquait que les auteurs étaient tellement soucieux de sortir du formatage de Hollywood (aka l'incarnation du mal absolu comme chacun sait :twisted: ) qu'à terme, ils ont fini par développer leur propre formatage. C'est un peu ce que je ressens par rapport à certaines productions récentes où le souci d'inclusivité prend des allures de cahier des charges à remplir parce que c'est dans l'air du temps.
Après, c'est comme pour tout, tout est avant tout question de juste milieu ; on ne peut évidemment qu'encourager les scénaristes de sortir des sentiers battus, de se débarrasser de certains clichés moisis ou simplement éculés, à condition que cela ne débouche pas sur un nouveau formatage n'autorisant plus la moindre confrontation ou prise de recul. Quand on voit déjà ce qui se passe dans le milieu littéraire aux USA, ça fait flipper quand même !

Aussi, je nuancerai mon propos en rappelant que cette décennie quand même a été nourrie par :
- la génération désormais établie des animateurs de l'Âge d'Argent des années 90 (Craig McCracken, Genndy Tartakovsky et consorts…)
- la génération influencée en retour par ces mêmes animateurs, aussi bien aux postes créatifs que décisionnaires
- le développements des écoles proposant des formations d'anim (qui n'ont jamais été aussi nombreuses) et la démocratisation des outils en général

Les créateurs osent plus de choses, tentent des styles graphiques débridés, abordent des thématiques autrefois peu voire pas traitées, et surtout, on sent une meilleure considération du public ado/adulte. Il y a eu une reconnaissance de la culture geek amorcée fin 90-début 2000 (Matrix, Clerks, Le Seigneur des Anneaux et le Spiderman de Sam Raimi sont passés par là) et les ados de cette période sont aujourd'hui parents et souhaitent partager cela avec leurs enfants. Qu'on les apprécie ou non, les séries animées actuelles sont plus que jamais considérées comme des produits culturels pour tous publics, et je dis bien pour tous les publics, que ce soit par tranche d'âge précise ou dans le souhait de réunir parents et enfants portés par ce même amour pour les univers geek.

Yakou
Fou du volant
Messages : 99
Enregistré le : 28 oct. 2018 10:41

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Yakou » 16 janv. 2020 21:02

jojolapin a écrit :
13 janv. 2020 14:10
Perso, je n'ai pas d'extase pour cette décennie. Il y a du bon, du passable et du pourri comme dans toutes les décennies. Je vais même aller à contre courant.
Je retiens surtout que c'est la décennie des DA qui sont en fait pour faire plaisir aux adultes SJW et de l'orientation kikoolol. J'ai l'impression qu'on tombe soit sur du prout prout pet pet sur 11 minutes ou du "hey regarde, on est trop bien on te met de l'inclusif dans ta face !!!!". Où sont passées les séries d'action non décérébrée ?

Alors on va me dire que Steven Universe, Adventure Time et compagnie le font. Mais non, je ne peux pas, j'ai en horreur leurs styles graphiques. Et en plus, à chaque fois qu'on m'en parle c'est pour me balancer les messages de tolérance, d'ouverture et compagnie. RAS LE POPOTIN. Oui l'homosexualité et autres multi-pan-omni-je ne sais quoi sexualité, c'est très bien, oui l'écologie, la tolérance, le respect de chacun, le traitement de la dépression et tout ça, c'est très bien mais bordel, la subtilité quoi. Je préfère encore me taper 3h de destruction de neurones devant Zig et Sharko que de me coltiner une série moralisante à chaque minute de chaque épisode.
Un peu comme Klaark, je suis partiellement de ton avis, Jojolapin, spécialement sur ce que je cite (sauf que je ne pourrais jamais me taper même 1h de Zig et Sharko, ce serait du masochisme pour moi !). Ce qu'on appelle "l'inclusif" et que j'appelle moi le "néo-moralisme" commence à m'irriter par sa lourdeur, son manque total de subtilité, en effet. Il y a aussi ces styles graphiques (mal) animés selon l'"arte povera" très à la mode dans l'Art Contemporain et dont tu parles. Je suis bien obligé de prendre l'exemple de Bojack Horseman dont je viens par curiosité de regarder un épisode. Je ne dis pas que c'est "mauvais", mais c'est tellement bourré de clins d'oeil qu'on suppose subversifs (?) au milieu du business du spectacle américain (il est différent ailleurs ? il faut le moraliser ?) que je n'ai rien compris aux enjeux. Bojack, ce cheval, est sans doute un brave mec plus baba-cool que la chatte mauve totalement "golden girl", mais à vrai dire je ne choisis pas mon camp : c'est compliqué, rapide, sans émotion vraie surtout ! Et le dessin, la qualité d'animation !
Un exemple de la lourdeur hénaurme (orthographe de Flaubert) est bien français, c'est Il était une fois... Notre Terre. Le vieux Maestro est bien là, mais il sert à une classe de 13- 14 ans des leçons de morale écolo même pas réellement scientifiques et rabâchées dès le CP, à l'ébahissement de tous ces bons élèves parfaitement ignares, sauf une fille parce qu'il faut donner de la valeur aux filles (elles en ont, mais la question n'est pas là). Pour rappeler le vieux classique de Barillé, on a les 2 mecs "pas sages", mais ici simplement paresseux et dormeurs : ça n'existe pas les chieurs en classe... Quel sermon de néo-catéchisme !
Fort heureusement, on a encore de très bonnes choses DC SuperHero Girls, par exemple, très drôle, parfois émouvant, superbement animé !

routin87
Détective Cambrioleur
Messages : 496
Enregistré le : 06 févr. 2018 21:02

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par routin87 » 17 janv. 2020 9:21

Perso, j'était ouvert à plus de style graphique plus ou moins excentrique, mais quand je vois certains commentaires, j'ai l'impression que le fond ne vous arrange pas, en gros, ça doit servir à un divertissement précis, peu importe qu'un jeune artiste dessine avec des forme originale et en fait une série, vous voulez du concret, pas de l'expérimental, bref le rejet du goût du risque.

Avatar du membre
Xanatos
Corsaire de l'Espace
Messages : 2275
Enregistré le : 12 juil. 2004 18:35

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Xanatos » 17 janv. 2020 10:50

Yakou a écrit :
13 janv. 2020 13:24
Sujet bien intéressant, Xanatos !
En fait j'ai suivi assez peu de ces séries, malgré l'indéniable regain de créativité dont tu parles.
Personnellement j'ai du mal à apprécier les séries trop déjantées, qui flanquent à la poubelle tout déroulement cohérent, ainsi je n'ai pas accroché à Adventure Time, ni au Monde Incroyable de Gumball, entre autres.
Mes préférences vont à My Little Pony is Magic, ou à Souvenirs de Gravity Falls, que Disney Channel est justement en train de rediffuser.
Dans un registre plus mûr, j'ai adoré La légende de Korra, et aussi Futurama que je place bien au-dessus des Simpsons quoique du même Matt Groening. Dans le genre particulier "super-héros" j'ai surtout apprécié Prenez garde à Batman, et un ou deux épisodes de Young Justice, mais en gros ce n'est pas ma tasse de thé.
C'est surtout dans les longs métrages que je trouve de très belles réussites américaines dans la décennie 2010, à vrai dire :
La Princesse et la Grenouille (2010)
Tintin (2011)
Rebelle (2012)
Vice-Versa(2015)
Zootopie(2016)
Vaiana(2017)
My Little Pony, le film (2018)

Quel score !
Je suis ravi en tout cas que tu apprécies mon sujet Yakou ! :)

Tout comme toi, je suis un grand fan de My Little Pony Friendship is Magic ainsi que Souvenirs de Gravity Falls et effectivement La Légende de Korra est une série mature qui combine habilement réflexion, action, humour et émotion.

Au sujet de Futurama, je dirai que son atout principal, outre sa réalisation technique léchée ainsi que son humour décapant, c'est qu'il y a une réelle évolution des personnages au fil du récit. Fry tombe amoureux de Leela qui est d'abord indifférente à celui ci, puis finit par éprouver des sentiments réciproques envers lui.
Et c'est dans cette série animée que j'ai vu l'un des épisodes les plus émouvants, toutes séries d'animation confondues: le chien de Fry qui attend indéfiniment son retour (ignorant qu'il a été congelé pour être réveillé plus tard dans le futur) jusqu'à sa mort. Un épisode vraiment touchant et mémorable.

Tu as raison de citer Prenez Garde à Batman, excellente série animée de l'homme chauve souris, se démarquant des précédentes séries en raison du fait qu'elle se focalise sur des ennemis moins connus du justicier (mais tout aussi dangereux) et qui met bien en valeur son talent de détective et son esprit de déduction. ;)

Et je suis entièrement d'accord au sujet des films d'animation Américains que tu as cité que j'ai tous trouvé excellents et passionnants, en particulier , Tintin, Vice Versa, Zootopie My Little Pony le film et Vaiana. :)

Après au sujet de Bojack Horseman, il est vrai que le tout début de la série est relativement maladroit et elle se cherche encore un peu. Je me souviens qu'après avoir vu les deux premiers épisodes, j'avais temporairement laissé tomber, car, même si je ne les avais pas détesté, ils ne m'avaient pas emballé plus que cela non plus. J'ai redonné la chance à ce titre un mois plus tard, et les épisodes suivants m'ont rendu accro.

Je te rejoins sur le fait que les dessins et l'animation ne sont certainement pas les points forts de cette série, mais ses lacunes techniques sont à mes yeux aisément compensées par la profondeur psychologique des personnages, les scénaristes ayant su leur insuffler une âme...

Bojack est un homme cheval égoïste, colérique, désabusé... Mais il est conscient de ses horribles défauts, il est lucide à ce sujet et tente, tant bien que mal, au fil de la série de s'améliorer, de devenir quelqu'un de meilleur. Les sujets de l'oeuvre étant la quête du bonheur et la recherche du sens de la vie...

Après, je comprends que l'on adhère pas du tout à cette série très particulière, mais pour ma part, elle aura su me captiver et me surprendre. :)

Pour Adventure Time et Steven Universe, je n'ai nullement été rebuté par leurs graphismes (à part peut être certaines grimaces dérangeantes de Finn): pour la première, elle rappelle agréablement le trait de Lewis Trondheim un des meilleurs dessinateurs Français de BD, pour la seconde, je trouve que le character design correspond bien au ton de celle ci.

Après ce que je reproche parfois à Cartoon Network, c'est d'avoir réutilisé le design de Steven Universe sur d'autres séries où il n'est pas adapté, je pense au reboot très décrié des Super Nanas/Powerpuff Girls.

Pour ce qui est de Steven Universe, il n'y a pas que des épisodes tristes et mélancoliques, on en a aussi quelques uns qui sont entièrement dévolus à l'humour: le cross over avec Oncle Grandpa est complètement délirant et loufoque à souhait, quant à l'épisode où Peridot essaie de capturer une gemme très rapide rend un magnifique hommage à Bip Bip et Coyote de Chuck Jones et est absolument hilarant de A à Z et jamais doux amer à aucun moment !

Avatar du membre
Xanatos
Corsaire de l'Espace
Messages : 2275
Enregistré le : 12 juil. 2004 18:35

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Xanatos » 17 janv. 2020 11:02

jojolapin a écrit :
13 janv. 2020 14:10
Je préfère encore me taper 3h de destruction de neurones devant Zig et Sharko que de me coltiner une série moralisante à chaque minute de chaque épisode.
Pour le peu que j'ai pu voir de ces séries que la majorité encense, j'avais l'impression que les PSA des années 80 étaient plus subtils, genre Alex de Mask qui t'explique à la fin de l'épisode qu'il faut regarder des deux cotés de la route avant de traverser ou que suivre un inconnu, c'est mal. Au moins, ce n'était pas du subtil mais la débilité des mises en scène grossières en faisaient des instants nanardesques super funs à l'instar de l'épisode drogue de Captain Planet ou encore un Transformers qui déboule à 200 à l'heure sans phare en pleine nuit pour t'expliquer la sécurité routière.

PS : évitez de répondre "Ok boomer", j'y suis à la limite mais pas dedans :P
Je vois ce que tu veux dire mais je n'irai pas jusqu'à dire que certaines séries animées Américaines actuelles sont plus moralisantes que celles des années 80.

Ces derniers étaient largement pires et nous assénaient des leçons de morale aussi gracieuses et fines qu'un hippopotame et dans les DAs US, les personnages tentaient de nous apprendre ce qu'était la vie sur un ton sentencieux (juger quelqu'un sur les apparences, c'est pas bien ; mentir, c'est pas bien...).

A contrario, pour d'autres dessins animés Français (ou franco Américains) tels que L'inspecteur Gadget et Les Enttrechats cela passait largement mieux: les morales étaient beaucoup plus courtes, simples (regarder de gauche à droite avant d'emprunter un passage piéton comme tu l'avais évoqué plus haut) et étaient sauvées par leur humour, qu'il vienne de Gadget, Finot ou Isidore. :)

J'ai l'impression aussi que Les Animaniacs tournaient en bourrique les mauvaises morales des Das Américains des années 80 avec la fameuse roue de la moralité qui faisait tout, sauf donner des morales ! :lol:

Cela n'empêchait pas la série d'avoir des segments éducatifs intéressants qui combinaient éducation et humour comme la chanson des pays du monde interprété par Yakko. :)

Je ne suis pas d'accord non plus au sujet de She-Ra version Netflix: je trouve ce remake passionnant, l'histoire est palpitante, pleine de retournements de situation, les antagonistes sont bien caractérisés (Catra étant particulièrement fascinante), certains personnages de prime abord bienveillants cachent en fait de bien sombres desseins, et le récit n'hésite pas à tuer certains "gentils" !

L'humour me fait également bien rire et certains passages de la série m'ont marqué comme la conclusion apocalyptique de la saison 3. Quant au dénouement de la saison 4, il laisse augurer des surprises intéressantes pour la suite de l'histoire.

Je ne trouve pas du tout que ce remake soit la purge décriée avec tant de virulence par ses détracteurs les plus farouches et je l'aime sincèrement beaucoup. :)

Le prince des dragons, je ne l'ai pas vu mais il est dans mes projets de visionnage.

Avatar du membre
Chapeaudepaille
Petit Viking Futé
Messages : 26
Enregistré le : 01 nov. 2017 9:38

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Chapeaudepaille » 17 janv. 2020 12:01

Pour la légende de Korra,faut-il avoir vu à tout prix Avatar où on peut regarder sans avoir regardé la série d'origine ?

Avatar du membre
Xanatos
Corsaire de l'Espace
Messages : 2275
Enregistré le : 12 juil. 2004 18:35

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Xanatos » 17 janv. 2020 14:57

La légende de Korra est abordable sans avoir vu Avatar avant. Il est toutefois.conseillé de voir Avatar avant, car plusieurs références sont faites à celle ci dans Korra.. Mais Korra est tout de même accessible pour les spectateurs néophytes.

Avatar du membre
veggie 11
Prince en exil
Messages : 982
Enregistré le : 08 févr. 2012 15:14

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par veggie 11 » 17 janv. 2020 21:37

Au sujet d'Avatar et de la Légende de Korra, ces 2 séries existent-elle en coffret intégral (je suppose que oui) ? :)
Vous avez connu d'anciens doublages de DA japonais désormais indisponibles en DVD et vous souhaitez témoigner ? Vous pouvez me contacter par MP ou à cette adresse : http://doublagesperdus.canalblog.com/

Avatar du membre
Xanatos
Corsaire de l'Espace
Messages : 2275
Enregistré le : 12 juil. 2004 18:35

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Xanatos » 17 janv. 2020 21:46

Alors pour Avatar le dernier Maître de l'Air, je te confirme Veggie11 que l'intégralité de la série animée est sortie en DVD en France dans trois coffrets différents correspondant aux trois saisons de la série. :)

Pour La Légende de Korra, elle a été doublée en Français en entier (un IMMENSE merci à France 4 d'avoir financé le doublage des saisons 2 à 4), mais seule la première saison, pour le moment, est sortie chez TF1 vidéo en DVD.

Quoi qu'il en soit, les deux séries sont fantastiques et valent largement le détour ! :D

Yakou
Fou du volant
Messages : 99
Enregistré le : 28 oct. 2018 10:41

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Yakou » 18 janv. 2020 10:06

@Xanatos, tu seras enchanté d'apprendre que notre amie Sharbett m'a chanté les louanges de She-ra, et elle a le goût bien affûté comme tu sais. N'ayant pas Netflix je n'ai pas encore vu ce que cela donne.
Bojack Horseman ne peut évidemment être jugé sur un seul épisode, surtout s'il a des ambitions de contenu, mon avis donc ne compte guère.
@Klaark, le lien que tu as mis m'a effaré : et le pire est que ce phénomène de contrôle moraliste fanatique n'est même pas un phénomène spécifiquement américain (il suffit de voir les romans de nos rentrées littéraires actuelles, même si on n'en est pas encore au même point). On n'est jamais allé aussi loin même à l'ère victorienne... Comment créer des récits qui ne portent atteinte à personne, à nulle communauté, où rien de désobligeant ne se montre, excepté dans le mental des "méchants" du récit ?!! Et ça s'appelle "Sensitivity" !! Néologisme que j'ignorais et qui va m'être bien utile pour dénoncer ce retour de bâton des censeurs, des curés sans dieu, des pisse-froid de la Vertu Solidaire. Longtemps en France on a répété la célèbre sentence de Gide "On ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments"; mais il s'agit de protéger de tout nos bambins, devenus si rares et donc si chers ; or le dessin animé est leur moule mental, paraît-il. Je me trompe je l'espère, mais ça craint.
Je n'ai pas aimé le graphisme de Bojack Horseman, mais il y a d'autres exemples de ce style, que j'appellerais volontiers "post-underground" et que j'ai découvert il y a bien longtemps chez Matt Groening : on peut y ranger aussi Rick et Morty, Adventure Time, les Simpsons évidemment, sans doute bien d'autres. C'était dans l'air du temps au début des années 80, et en BD il y avait même une femme, chose très rare à l'époque, Shary Flenniken, sans doute condamnée à mort par les apôtres de la Sensitivity, vu ce qu'elle osait ! Le graphisme des Simpsons ne m'a jamais plu, même horripilé avec ces gros yeux hypertrophiés et ces peaux jaunes, sans compter mon peu d'intérêt pour Bart, Homer, Marge et leur vie de famille moyenne en somme. Mais Futurama m'a tout de suite emballé tant on était loin dans le futur, porte ouverte à tous les délires narratifs ! Le graphisme était moins typé, Fry et Leela étaient réellement attachants, sans parler de l'inénarrable Bender et des autres personnages. Je me souviens très bien Xanatos de l'épisode du chien de Fry, et une vraie émotion apparaissait volontiers, ainsi que des questionnements de fond sur notre espèce à travers l'humour.
A côté de ce style qui a son formatage propre, il y a évidemment celui de Marvel / DC, qui évolue en bien, brillamment stylisé et animé avec DC Super Hero Girls, série que je recommande aussi parce que c'est Lauren Faust qui la supervise.
Je trouve aussi dans les DA américains comme de bien entendu un style graphique post-Disney, par exemple avec Scooby-Doo et sûrement bien d'autres.
Et bien sûr il y a des graphismes indépendants ou intermédiaires.
Modifié en dernier par Yakou le 18 janv. 2020 20:42, modifié 1 fois.

Avatar du membre
veggie 11
Prince en exil
Messages : 982
Enregistré le : 08 févr. 2012 15:14

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par veggie 11 » 18 janv. 2020 10:57

Pour l'animation américaine moderne, j'en suis surtout restée à Genndy Tartakovsky (oui ça commence à dater). C'était l'un des rares réalisateurs de cartoons post-Chuck Jones/Tex Avery à me faire rire et à proposer en même temps des scènes parfois très angoissantes. Il est vrai, je n'ai jamais été grande amatrice des Simpsons, South Park (vu le film, bien aimé, mais pas motivée de voir le reste), et dans l'ensemble toutes ces séries humoristiques et décalées qui passaient sur MTV par exemple (Je n'ai jamais vu Daria, donc pas d'avis). Même Futurama m'a pas beaucoup marquée. C'est un humour qui ne me parle pas vraiment (j'ai le même problème avec les comédies américaines, c'est sympa mais ça ne marque pas du tout). Du temps de Chuck Jones, Tex Avery et même les Fleischer, les Happy Harmonies (cartoons un peu copiés sur les Silly Symphonies, mais avec un ton plus sombre)... on sentait encore une forme d'humour et d'influence européenne, il y avait une certaine recherche dans les jeux de mots, les allusions culturelles (le court-métrage ''Bottles'' est flagrant). Bien sûr il y eut aussi du mauvais, mais j'aime toujours revoir ces vieux courts-métrages à la fois oniriques, drôles, cocasses et même touchants. Ce n'est même pas de la nostalgie en fait, car j'en ai découvert beaucoup à l'âge adulte (comme Betty Boop). J'aimerais quand même tenter ''Souvenirs de Gravity Falls'' qui me semble encore le plus intéressant parmi les séries récentes qui ont cartonné ces dernières années.

PS : merci Xanatos, je vais donc déjà voir pour les coffrets Avatar ;)
Vous avez connu d'anciens doublages de DA japonais désormais indisponibles en DVD et vous souhaitez témoigner ? Vous pouvez me contacter par MP ou à cette adresse : http://doublagesperdus.canalblog.com/

routin87
Détective Cambrioleur
Messages : 496
Enregistré le : 06 févr. 2018 21:02

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par routin87 » 18 janv. 2020 11:11

La dernière fois où j'ai vu un style qui rappelait les vieux cartoons, c'était dans le jeu vidéo Cuphead, ainsi que l'antagoniste du film Steven Universe avait des airs de "Rubber Hose".
c'est un style qui revient petit à petit dans le milieu de l'animation.

Kuwabara
Joyeux Loufoque
Messages : 118
Enregistré le : 04 mars 2008 15:05

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par Kuwabara » 19 janv. 2020 7:48

veggie 11 a écrit :
17 janv. 2020 21:37
Au sujet d'Avatar et de la Légende de Korra, ces 2 séries existent-elle en coffret intégral (je suppose que oui) ? :)
Pour compléter la réponse de xanatos, en Angleterre, il existe des coffrets Blu-ray pour ces deux séries.
Celui d'Avatar a une notre version française et on peut le trouver pour pas trop cher sur amazon. Je l'ai à la maison mais toujours pas regardé.
Pour Korra malheureusement, seul la première saison contient notre langue si je ne dis pas de bêtises.

jojolapin
Chasseur de Fantômes
Messages : 214
Enregistré le : 24 mars 2010 23:47

Re: Décennie 2010: Âge d'or de l'Animation Américaine télévisée ?

Message par jojolapin » 20 janv. 2020 21:06

Xanatos a écrit :
17 janv. 2020 11:02
Je ne suis pas d'accord non plus au sujet de She-Ra version Netflix: je trouve ce remake passionnant, l'histoire est palpitante, pleine de retournements de situation, les antagonistes sont bien caractérisés (Catra étant particulièrement fascinante), certains personnages de prime abord bienveillants cachent en fait de bien sombres desseins, et le récit n'hésite pas à tuer certains "gentils" !

L'humour me fait également bien rire et certains passages de la série m'ont marqué comme la conclusion apocalyptique de la saison 3. Quant au dénouement de la saison 4, il laisse augurer des surprises intéressantes pour la suite de l'histoire.

Je ne trouve pas du tout que ce remake soit la purge décriée avec tant de virulence par ses détracteurs les plus farouches et je l'aime sincèrement beaucoup. :)

Le prince des dragons, je ne l'ai pas vu mais il est dans mes projets de visionnage.
Oui, SHe-Ra s'améliore au fil des saisons. Je n'ai pas encore vu la 4 par contre. Mais ça n'empêche pas certains épisodes qui sont très lourds au niveau des messages SJW ou carrément avec des personnages à coté de la plaque (genre l'épisode avec le village fantôme). La série gagnerait à être régulière et à traiter tous les personnages comme Catra (par exemple, pourquoi Glacia qui est froide et hautaine en saison 1 et ne veut pas être dans l'alliance devient subitement une gamine surexcitée qui les supplie d'entrer dans l'alliance en saison 2 ? Et Scorpia entre amoureuse et amie il faudrait choisir à un moment. Et offrir du développement tout court à Jasmine et Sirena, ça serait bien aussi).
C'est sympa à voir mais il y a trop de défauts pour en faire une vraie référence.

Répondre